Trois-cents ans et des poussières… La maison Delamain est la plus ancienne librairie de Paris. Située dans le 1er arrondissement, elle respire le bois, l’histoire et l’érudition. A l’heure d’Amazon et du numérique, le livre reste une valeur-étalon…

Jean de La Fontaine ou Jean Racine auraient pu passer la porte ; Molière venait de mourir sur scène. On ignore la date exacte de création de l’endroit – à vingt ans près, entre 1680 et 1700 -, mais l’enseigne tient toujours debout. Et la vie y circule. Dans ses étroites allées règne un silence de chapelle. Pourtant, les gens grouillent entre les différents rayonnages: touristes, Parisiens, riverains. Ils arpentent le vieux parquet boisé, en quête d’un ouvrage, d’une référence dans ce jeu de piste de papiers cartonnés. Déambulant sur ce sol foulé par Aragon, Colette ou encore Cocteau, ils ignorent probablement que la librairie Delamain est la plus ancienne de Paris.

Ici, les murs sont invisibles. Chaque centimètre carré est occupé par un livre. Les ouvrages, rangés sur de gigantesques étagères, inondent du sol au plafond cette institution aux dimensions modestes. Tous les genres sont représentés : roman, ouvrage historique, biographie, essai, revue, livre éducatif… Les échelles en bois, le parquet qui grince et l’odeur des vieux livres accentuent le côté désuet de la librairie. Le charme opère.

IMG_0825     IMG_0841     IMG_0821

« Le pivot c’est le livre, l’amour du livre »

Sa devanture, ordinaire, encombrée de présentoirs de cartes postales, n’appelle pourtant pas à remonter le temps et l’espace. D’abord abritée sous les arcades de la Comédie-Française, elle déménage en 1906 au 155 rue Saint-Honoré.

Si la librairie raconte des foules de vies, elle possède aussi la sienne. Spécialisée dans les œuvres théâtrales au cours de ses premières années d’existence, elle connaît par la suite plusieurs aventures. Reprise par des particuliers, elle passe de main en main jusqu’à l’arrivée d’un des plus grands éditeurs français, Stock, Jacques Boutelleau de son vrai nom. Ce dernier rachète la maison d’édition en 1921, avec son ami Maurice Delamain. La librairie prend alors le nom de Delamain, Boutelleau et Compagnie. En 1985, les éditions Gallimard la rachètent à leur tour, mais elle conserve le nom de l’ancien propriétaire.

À la caisse, les deux libraires se retrouvent un peu débordés par l’affluence soudaine. Un troisième, sorti du fond de la boutique, arrive à leur rescousse, accompagné du gérant de la librairie, François Defevre. « Il y a quinze, vingt ans, des clients arrivaient à la caisse avec une pile d’une dizaine de livres », rappelle ce quinqua à la barbe fournie. « Ces clients se font certes de plus en plus rares, mais il y a toujours autant de monde. »

Et pour cause : un tiers des Français lirait entre un à quatre livres par an. C’est ce qui a poussé Delamain à se mettre à la page en créant son site en ligne*. Plus de la moitié de son chiffre d’affaires passe désormais par Internet.

Pourtant, le monde du livre traverse une période difficile. Chez Delamain, la trésorerie permet tout juste de payer ses sept libraires. Étrange assemblage quand on sait que l’immeuble, qui abrite l’hôtel du Louvre cinq étoiles et la librairie au rez-de-chaussée, a été racheté par un fonds qatari en 2014… François Defevre reste philosophe : « Le pivot, c’est le livre, l’amour du livre, un bien culturel source de savoir, un véritable héritage. »

 

Laurence Epée
Photos: Noémie Balthazard

*librairie-delamain.com
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 20h
155, rue Saint-Honoré, 75001 Paris
Métro : Palais-Royal
Tel : 01 42 61 48 78